Page d'acceuil Navigation Contenu Contact

La remise de prix

La remise de prix

Damian Hänni (26 ans), enseignant en 10e à l’APP de Bienne (année scolaire de préparation professionnelle), interviewé par MoneyFit

MF: Toutes nos félicitations pour votre prix gagné à MoneyFit 3! Où va vous emmener le bon de voyage?

DH: Je vais probablement en faire cadeau à ma nouvelle classe pour une sortie scolaire.

MF: Vous êtes la preuve que le défi MoneyFit peut aussi être passionnant pour les enseignants. Comment avez-vous découvert MoneyFit?

DH: Par une collègue enseignante. Je participe à un projet pilote de notre école qui vise à encourager l’utilisation de matériel d’enseignement numérique. MoneyFit complétait idéalement nos moyens pédagogiques standard.

MF: Comment MoneyFit a-t-il été accueilli par vos élèves?

DH: Très bien. Les jeunes s’identifient tout de suite avec les BD et les personnages des histoires, qui leur parlent. Certains des contenus étaient exigeants et les élèves ont eu parfois du mal à en venir à bout. Des élèves avaient déjà découvert MoneyFit 1 et 2 à l’école élémentaire. 

MF: Comment avez-vous utilisé MoneyFit en cours?

DH: J’ai travaillé principalement avec l’e-book (lien) et me suis concentré sur les exercices à résoudre. Les élèves ont fait ces exercices en créant des réponses numériques dans le cahier avec OneNote. Ils pouvaient choisir librement les sources pour répondre aux questions, mais j’ai fait en sorte qu’ils ne recopient pas les réponses qui figurent dans la partie des solutions. Je les ai encouragés à trouver le bon résultat en testant plusieurs formats de réponse tels que des animations, des graphiques ou des clips vidéo. Cela a bien fonctionné! 

J’ai utilisé le défi en ligne en guise de préparation à l’examen et y ai moi-même pris part avec engouement. Je suis particulièrement heureux de figurer parmi les gagnants pour ma première participation.

MF: D’après vous, qu’est-ce qui distingue MoneyFit des autres moyens didactiques sur les compétences financières?

DH: Les moyens didactiques consacrés aux compétences financières que je connais sont des outils globaux, qui donnent une bonne vue d’ensemble de sujets généraux (p. ex. explications sur les cartes de débit et les cartes de crédit). MoneyFit convainc par sa méthode du «storytelling», qui s’appuie sur la vie réelle des élèves et sur des situations concrètes. (Mots clés: budget des apprentis, assurances, impôts, etc.

MF: Qu’est-ce qui vous a le plus étonné durant le cours?

DH: J’ai été effaré de constater combien le niveau de connaissances des élèves en la matière est faible. Avant cela, la majorité d’entre eux ne s’était quasiment jamais posé de questions sur les assurances, un budget ou encore les salaires des apprentis.

MF: Recommanderiez-vous MoneyFit 3 en classe de 10e?

DH: Absolument. Les questions s’intégraient parfaitement dans ma préparation et les commentaires à l’intention de l’enseignant m’ont été très utiles.

MF: MoneyFit 3 est entièrement revu et ne sera plus utilisé que comme moyen didactique purement numérique. Cette version pourrait-elle être utilisée dans votre école?

DH: Oui. MoneyFit est déjà très bien pour les enseignants qui veulent recourir pour la première fois à un outil pédagogique numérique dans leur cours. De plus, nous n’avons aucun problème concernant les supports et pouvons également utiliser des smartphones à des fins scolaires.  

MF: Comment devrait être selon vous la version remaniée du moyen didactique?

DH: Je souhaiterais qu’elle relie le défi en ligne à la partie didactique. Remarque de la rédaction: Nous examinons actuellement la question de ce lien dans la version remaniée.

MF: Votre description de MoneyFit 3 en trois mots?

DH: Cohérent, informatif et attrayant, tant pour les apprenants que pour les enseignants!

MF: Nous vous remercions de cet entretien.

retour